På danskIn EnglishEn françaisIntranet

Matériel de débat: "La démocratie de tous les jours"

Matériel de débat sur le sujet comment les nouveaux citoyens du Danemark voient la démocratie de tous les jours, et pourquoi la démocratie danoise a reçu telle forme qu'elle a aujourd'hui ainsi que des introductions aux cercles d'études importants.

Préface

Ce matériel a été préparé par la vice-présidente de Folkevirke, cand. paed. Jeanne Bau-Madsen avec inspiration de Desiré Hatunginamana. Prenant son point de départ dans trois jours thématiques avec le titre "La Démocratie de tous les jours", Folkevirke a désiré de focaliser l'attention sur les problèmes que rencontrent les réfugiés et les immigrants, qui arrivent des régimes totalitaires et au Danemark rencontrent la démocratie danoise.

Introduction
Le matériel de débat "La Démocratie de tous les jours" vous donne des idées pour cinq cercles d'études différents. Pour assurer la clarté, on ouvre avec une brève explication sur ce que c'est qu'un cercle d'études. D'ailleurs, nous référons à "Studiekredshåndbogen" (Le Livre de consultation sur des cercles d'études) écrit par Jeanne Bau-Madsen et publié en 2009 par Dansk Folkeoplysnings Samråd (La Consultation Danoise sur l'Education Génerale).
Les idées des sujets pour les cercles d'études se sont élevés pendant les jours thématiques de Folkevirke, "La Démocratie de tous les jours". Les participants pendant ces jours étaient des réfugiés/immigrants résidents, venant des pays differents du Moyen Orient et de l'Afrique. En outre, des membres intéressés de Folkevirke sont été présents. Pendant ces jours-là, les participants assistaient aux conférences et aux introductions de débat par de différents représentants du Danemark public que les citoyens du Danemark rencontrent dans leur vie quotidienne.
Les sujets pour les cercles d'études se sont élevés du débat suivant.
Il est l'espoir de Folkevirke, que ce matériel puisse motiver des Danois et des Danois par naturalisation à se réunir dans des cercles d'études et par ceci apprendre plus sur "La Démocratie de tous les jours".
Le conseiller de Folkevirke vous conseille volontiers, si vous rencontrez des problèmes pratiques.
Le matériel scolaire s'est composé de propositions des sujets pour les cercles d'études. Pour chaque cercle d'études on a indiqué un exemple d'un savoir commun comme base du travail. En plus, il y a des questions qui peuvent former la base des discussions, qui peuvent prendre place au cercle d'études.
Finalement vous trouverez des propositions à l'évaluation du travail au cercle d'études.
 

Sur la Loi d'Instruction Populaire

 

Si les participants du cercle d'études désirent des subventions de la municipalité et des locaux à leur disposition, ceci est possible, s'ils remplissent les règles de la Loi d'Instruction Populaire.
Dans la Loi d'Instruction Populaire en vigueur, il est écrit, entre autres, que:

Une association de l'instruction populaire doit
1) avoir formulé un but avec la fondation de l'association, qui ressort du statut,
2) offrir des activités d'instruction populaire selon cette loi,
3) avoir un comité,
4) être construite démocratiquement,
5) être fondée sur une adhésion de membre active et avoir un minimum de cinq     membres payants,
6) comme point de départ être ouverte à tous, qui se rallient au but de l'association,
7) être résidente dans la municipalité de subvention,
8) avoir une activité d'utilité publique et de continuité.

Répartition des subventions
§ 6 Le conseil municipal stipule et réparti annuellement une enveloppe budgétaire
1) aux cours d'adultes selon l'instruction populaire cf. chapitre 4, et
2) au travail volontaire d'association d'instruction populaire, cf. chapitre 5.
 
Par 2. Le conseil municipal peut décider, que parties de l'enveloppe budgétaire, nommée à paragraphe 1,  doivent être utilisées aux buts plus précis au-dedans du domaine de la loi.

 
Assignation de locaux publiques et installations en plein air
§ 21. Le comité de l'instruction populaire assigne à la libre entreprise d'instruction populaire des locaux publiques, qui sont libres et convenables, y compris des salles de sport et d'autres halles et installations en plein air, qui sont situés dans la municipalité et qui appartiennent à
1) la municipalité,
2) la région    ou
3) l'État.

Voyez toute la loi en vigueur sur www.retsinformation.dk

On doit, d'ailleurs, s'adresser au comité d'instruction populaire dans sa municipalité de résidence pour obtenir des informations sur des formulaires de demande et des dates limites.

 

Ainsi fonctionne un cercle d'études

 

Un cercle d'études peut se définir comme un groupe de personnes, qui  - par le travail indépendant des participants - éclairci de différents sujets sur la base d'un matériel d'études spécialement sélectionné. Dans le cercle d'études les participants auront la possibilité de se connaître eux-mêmes et de reconnaître leurs propres talents et limitations avec le concours d'autres participants à travers des bornes culturelles et sociales ainsi que des différences d'âge. Pendant ce procès, beaucoup de talents apparaissent. L'objectif pour le travail du cercle est d'examiner un certain sujet, qui est intéressant à tous. L'objectif est d'acquérir des connaissances et du savoir sur les rapports politiques, culturels et sociaux. Les participants acquerront un savoir qui leur rende capables de prendre part au procès démocratique et ainsi obtenir influence sur leurs propres conditions de vie. Au travail du cercle d'études, on se sert du dialogue, de la discussion et de l'argumentation - tous étant façons de conversation qui sont un élément du mode de vie démocratique.

La conversation démocratique
Le dialogue est la conversation entre deux parties où on échange des points de vue sur un sujet délimité. N'oubliez pas que l'on ne doit pas être d'accord!
La discussion est un échange d'opinions entre plusieures parties.
L'argumentation est une démonstration qu'on peut utiliser dans le dialogue et la discussion. On dit, qu'un argument est logiquement valable, si la conclusion est bâtie sur des prémisses - des données - qui sont toutes vraies.

Ici suivent quelques exemples de différentes formes d'arguments :

• Ruse d'Argumentation: Ici on relève une personne que les auditeurs respectent.
• Argument de Bonheur: Ici le conférencier promet de meilleures conditions à ses auditeurs.
• Argument de Menace: Ici le conférencier menace ses auditeurs.
• Argument de Multitude: Ici on réfère à quelque chose qui est commun à beaucoup de gens.

Il n'est pas sans importance, comment on s'adresse l'un à l'autre. Il y a trois sortes d'appel classiques :
 
• Logos: On parle à l'intelligence et la raison des auditeurs.
• Ethos: On parle aux sentiments des auditeurs. Le conférencier essaye de gagner la bienveillance des auditeurs et de les rassurer en paraissant sincère et crédible.
• Pathos: On parle aux sentiments des auditeurs. Le but n'est pourtant pas de rassurer mais d'éveiller des sentiments comme la colère, la joie ou l'agacement.

Pourquoi un cercle d'études?
L'intention avec un cercle d'études est de motiver les participants à faire un travail indépendant, ainsi qu'à analyser et évaluer. Le profit du travail du cercle n'est pas mesurable, car le profit et les conclusions du travail seront différents pour les différents participants, même s'ils sont fondés aux faits identiques, parce que les participants possèdent de différentes expériences personnelles, de différentes dispositions et attitudes. Il est naturellement ainsi, que les plus différents les participants, le plus dynamique devient le cercle d'études. Mais faites attention que les participants ne soient pas si différents, qu'ils ne se comprennent pas. Ceci peut arriver, si les participants ont des bases culturelles dissemblables, cela veut dire qu'ils arrivent des pays différents ou appartiennent aux religions différentes et ainsi possèdent des normes sociales et éthiques différentes. Dans un cercle d'études bien fonctionnant, toutes les contributions sont égales, et la conversation se déroule selon un jeu de règles bien stipulé, qui fait place à tous.
Les participants obtiennent, en dehors de se perfectionner, un estime de soi et l'exercice de formuler ses propres points de vue. Ils acquièrent l'expérience de navigation, qui est nécessaire à pouvoir prendre part à la vie sociale. On pourrait appeler le cercle d'études « l'atelier de la démocratie ».

Combien?
Si vous désirez un cercle d'études bien fonctionnant et dynamique, un groupe de cinq personnes est trop petit. Un nombre de 10 à 12 sera l'idéal.  Il y aura diverses possibilités de différents modèles de travail. Par exemple, le travail en groupe est plus captivant, s'il y a plus qu'un groupe. Les discussions deviennent plus intéressantes avec des possibilités supplémentaires de différents avis et d'angles d'incidence. Si le cercle dépasse 12 personnes, il peut arriver que le temps de parole doive être rationné, pour que tous puissent avoir le temps de parler et avoir la possibilité de riposter rapidement. En ce qui concerne l'économie, il est plus facile de la tenir debout, le plus nombreux le cercle. Conséquemment, il est nécessaire de se faire des délibérations sur l'économie ainsi que les modèles de travail avant de décider le nombre de participants.

Propositions des sujets pour les cercles d'études
Quand vous voulez établir un cercle d'études et êtes d'accord sur le sujet, c'est une bonne idée de supposer un savoir commun. Pour cette raison, vous trouverez pour chaque sujet une proposition d'acquérir ce savoir.
Évaluation
Une évaluation est une appréciation du travail, qui prend place dans le cercle d'études. On peut faire l'évaluation anonymement par une formule ou ouvertement par conversation. Espérons qu'il y aura assez de confiance et sincérité entre les participants pour éviter l'évaluation anonyme. N'oubliez-pas que la critique est sainte et utile, quand elle est réelle et objective. L'évaluation peut être une appréciation de la matière professionnelle du cercle d'études mais aussi du fait comment il fonctionne socialement.
L'évaluation peut avoir deux buts. Ou bien on parle d'une évaluation comme base d'action ou bien d'une évaluation comme base de contrôle.
Évaluation comme base d'action
Ce genre d'évaluation du travail du cercle d'études a l'intention de créer la meilleure possible base pour constamment améliorer le travail du cercle. L'évaluation comprend aussi bien l'appréciation de la préparation, de la marche et des matériaux utilisés que la priorité de la matière. Par accumulant du savoir sur ces domaines, une base solide est formée aux efforts courants pour obtenir les meilleures conditions du succès du cercle d'études.

Évaluation interne
Ce genre d'évaluation est appelé évaluation interne courante. Elle se déroule continuellement en collaboration ouverte entre les participants du cercle.
On peut poser les questions suivantes à l'évaluation courante:
• Trouvez-vous que le travail au cercle d'études est intéressant ?
• Est-ce-que l'atmosphère du travail pendant les séances est assez bonne ?
• Est-ce-que les méthodes du travail choisies sont acceptables?
• Vous sentez-vous bien informés sur ce qui se passe, aussi quand vous êtes absents ?
•  Comment fonctionne la communication dans le groupe?
On pourrait citer encore beaucoup de questions, mais selon l'expérience les questions se poseront par eux-mêmes pendant les séances du cercle d'études.

Evaluation comme base de contrôle
Évaluation de produit:
Ce genre d'évaluation est aussi appelé évaluation de produit ou évaluation externe et n'est normalement effectuée qu'à la dernière séance du cercle d'études ou à la fin de la série de séances.
L'évaluation peut être utilisée comme base du cercle d'études de l'année prochaine et peut être effectuée par tous les participants ou bien par le groupe qui désire continuer le travail la saison prochaine.

Ici on doit poser des questions plus supérieures comme:

• Avons-nous répondu aux questions posées au début de la marche?
• Est-ce-que le cercle d'études a fonctionné au niveau social?
• Est-ce que les participants ont pris soin des devoirs, dont ils se sont chargés?
• Les commodités, étaient-ils satisfaisantes?
• Est-ce que les participants sont devenus meilleurs à naviguer, ont-ils obtenu l'expérience de navigation ?
• Est-ce-que les participants ont obtenu la confiance en soi?
• Les participants, sont-il devenus meilleurs à exprimer leurs opinions?
Dans l'évaluation de produit il est nécessaire de poser les questions, qui peuvent servir à améliorer le cercle d'études de l'année prochaine encore plus.

 

Introduction à un cercle d'études sur la démocratie

 

La démocratie scandinave
Pendant environ 160 années, les Danois se sont  préparés à être des hommes démocratiques, qui vivent avec et selon la constitution, que les Danois ont reçue en 1849.
Mais qu'est-ce que ça signifie, le mot démocratie ?
Le mot est grec. Démos signifie: Peuple et kratos: Pouvoir, domination.
Qui est le peuple? Tout d'abord la partie adulte de la population. Dans l'ancienne Grèce, les femmes, les esclaves et les étrangers libres n'avaient pas le droit de participer au procès démocratique. Actuellement, il est seulement au 20ième siècle que démos comprend tous les citoyens adultes dans les démocraties existantes.
Ce sont les démocraties occidentales, qui décident l'ordre du jour ces dernières années. C'est nous, qui déterminent ce que c'est que la démocratie et ce que cela implique. Nous exigeons que les droits humains - que nous avons déterminés - soient observés, que la démocratie - que nous avons déterminée - soit instituée dans les pays avec qui nous ferons commerce, à qui nous prêterons l'argent ou avec qui nous communiquerons d'une façon ou l'autre.
Un exemple de différentes interprétations du mot démocratie pourrait être, que l'ancienne Allemagne de l'Est se nommait la République démocratique allemande. Cet État ne satisfaisait pas - malgré son nom - aux exigences de l'Occident d'une république démocratique. Juste avant la chute du Mur de Berlin, on a fait les élections à R.D.A., qui étaient surveillées par des observateurs étrangers. Un vieil homme est arrivé á un des bureaux de vote et a reçu son bulletin de vote. Il a remis son bulletin sans le remplir et a quitté le bureau. Un quart d'heure plus tard il est revenu, a reçu son bulletin, a voté et est parti. Quand l'observateur lui a demandé, pourquoi il s'était conduit ainsi, il a répondu qu'il était rentré pour chercher ses lunettes. Jamais avant avait-il vu un bulletin de vote avec diverses possibilités!
Après la chute du Mur de Berlin et la fin de la guerre froide, beaucoup de pays au tiers monde voyaient subitement disparaître les subventions économiques, qu'ils avaient reçues des États Unis ou bien du l'URSS. Au même temps, la Banque Mondiale a imposé de nouvelles conditions pour que des États puissent obtenir des emprunts. On a maintenant exigé que l'économie soit privatisée et libéralisée, que l'appareil étatique soit rendu plus efficace et que les processus de décision soient démocratisés.
Pour cette raison, beaucoup de pays en développement ont subitement pris la route de la démocratie pour éviter un collapse total. On a fondé des partis politiques et a fait les élections libres, mais rarement avec des résultats de longue durée. Souvent la force militaire ou des ex-leaders intervenaient aux élections, si les résultats ne tournaient pas à leur satisfaction. Ici on peut penser aux circonstances à l'Algérie en 1922, en Turquie en 1997 et à Congo en 1997.
On a reconnu, qu'une population ne devient pas démocrates, parce qu'on impose la liberté d'expression, la liberté de religion, la liberté de réunion et les élections libres. C'est quelque chose que l'on doit apprendre et à quoi on doit être éduqué!
Jusqu'à 1849, le Danemark a été régné par un roi absolu. Mais il est vrai, que depuis 1834 on avait eu des assemblées consultatives des états. Les assemblées des états se réunissaient à Roskilde, Viborg, Slesvig et Itzehoe. Le corps électoral était des propriétaires fonciers aux villes de province, des propriétaires terriens et des paysans. Il fallait avoir 25 ans pour voter et 30 ans pour être élu. Les femmes et les domestiques n'avaient ni le droit de vote ni la possibilité d'être élus.
 Les réunions aux assemblées des états se déroulaient à huis clos. Et elles n'étaient consultatives qu'au roi/gouvernement, qui était toujours législatif.
Mais les assemblées des états étaient pourtant importantes au sens que les membres obtenaient une plus grande compréhension du procès politique. Des mouvements politiques se formaient, et même s'il était difficile de tenir un débat politique pour cause de la censure de presse, des journaux et hebdomadaires étaient publiés avec les demandes sur l'introduction de la démocratie politique.
Dans le courant de l'année 1848, une assemblée constituante a été fondée, qui en Février 1849 a déposé un projet de constitution. En élaborant cette proposition, les pères du projet avaient lorgné la constitution belge, qui était la plus libérale en Europe.
La Constitution du royaume du Danemark a été résolue le 25 Mai 1849 et a reçu la signature du roi Frederik 7 le 5 Juin 1849.
La Constitution n'est pas un gros livre, mais elle garanti que les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires soient divisés. Au Danemark cela signifie, que le Parlement adopte les lois, que le gouvernement propose les lois, règne selon les lois, prend soin que les lois soient exécutées et que les tribunaux jugent selon les lois.

En plus la Constitution assure, entre autres:
• le suffrage universel du peuple (ch. IV, par. 29),
• la liberté de religion (ch.VII, par. 67),
• la liberté individuelle (ch. VIII, par. 71),
• la liberté de réunion (ch. VIII, par. 79),
• l'égalité  (ch. VIII, par. 83) et
• la liberté d'expression  (ch. VIII, par. 77).

Au-delà, elle assure l'enseignement obligatoire et le droit d'enseignement libre (ch. VIII, par. 76).

Il était surtout les gens bien instruits, les juristes, les professeurs de faculté et l'état ecclésiastique, qui étaient derrière la demande d'une constitution libre, et ils avaient participé à l'élaborer et à la réaliser. Maintenant un grand travail attendait à instruire le peuple danois à participer au procès démocratique.
La Constitution était née pendant une guerre civile, qui durait trois ans jusqu'à 1850. Les deux parties de cette guerre étaient les habitants germanophiles de Slesvig-Holstein et les Danois. En 1864, le Danemark a déclaré la guerre contre la Prusse et l'Autriche. Les Danois ont perdu la guerre, et la frontière danoise suivait maintenant la rivière de Kongeaaen. Conséquemment, l'éducation populaire était enchaînée à l'éducation nationale.
Comme une partie de cette éducation, les écoles populaires supérieures commençaient. La plus ancienne, Rødding Højskole, était déjà inaugurée en 1844.    Ces écoles supérieures étaient fondées sur les idées de N.S.F. Grundtvig.
Il était l'avis de N.F.S. Grundtvig, qu'un peuple - une nation - devait être crée par une langue et une culture commune. Ceci devenait possible aux écoles populaires supérieures nouvellement établies, où la population paysanne adulte pouvait être rendue consciente de l'esprit national et faire la connaissance de l'histoire et de la culture.
Les idées sur l'éducation populaire, l'esprit national et l'importance de la langue danoise pour l'identité de la nation ont naturellement gagné une valeur augmentée après la défaite de 1864.
N.S.F.Grundtvig était de l'avis, qu'une société devrait être bâtie sur le fait que l'individu assumerait volontairement une responsabilité de l'évolution de la communauté. L'État ne devrait pas intervenir, parce que cela affaiblirait les liens sociaux, qui tenaient ensemble la société. Conséquemment, N.S.F. Grundtvig pensait, que le service militaire devrait être volontaire.
L'éducation politique de la population danoise continuait pendant la fin du siècle. Des partis politiques et des syndicats se sont établis. En 1870 le parti Venstre a été fondé. En 1871 Socialdemokratiet. En 1905 Venstre est rompu et les petits cultivateurs ont formé leur propre parti: Det Radikale Venstre. En 1916, on a fondé Konservative Folkeparti.
Ce n'était pas qu'au 1915 que les femmes ont obtenu le droit de vote au même temps que les valets de ferme et les domestiques. Jusqu'à ce temps, les gens avaient perdu leurs droits civils, si par exemple ils avaient reçu l'aide aux pauvres, avaient été en prison ou avaient fait faillite. En 1915, tous qui avaient atteint l'âge de la majorité recevaient le droit de vote.
En 1953, on a fait une nouvelle révision de la Constitution.  Ici on a aboli Landstinget ; le Groenland et les îles Féroé sont devenus égaux au royaume du Danemark du sud, et on a introduit l'arrangement de l'ombudsman (=médiateur). En plus, nous avons imposé l'ordre de succession femme.
Les modifications de la Constitution ne peuvent être apportées que si deux différents rassemblements du parlement (Folketinget) ont voté la modification. Ensuite la modification doit être mise au référendum où 40% (autrefois 45%) des électeurs doivent voter pour.
Après 160 années, les Danois ont le droit de soutenir, qu'ils ont atteint une attitude démocratique vers la vie et qu'ils sont devenus démocrates dans un pays démocratique. Mais les Danois doivent toujours être conscients qu'il faut continuer l'éducation aussi dans les générations nouvelles.
Car la démocratie n'est pas seulement un régime politique mais un style de vie, ou comme le dit Hal Kock dans son livre « Hvad er demokrati ? » (Qu'est-ce que c'est que la démocratie?):
« Une démocratisation politique et économique de la société ne suffit pas, si on n'est pas capable de démocratiser les hommes - de les former, les éduquer et les instruire. »

Où se déroule cette éducation?

Beaucoup de places, par exemple:

- aux comités électoraux (qui aujourd'hui n'ont pas beaucoup de membres),
- aux associations de locataires ou de riverains,
- aux comités des crèches, des jardins d'enfants et des écoles.
Là, où on sérieusement peut indiquer, que les futures démocraties soient crées, sont à la maison pendant le dîner et aux écoles.
Hal Koch a dit, entre autres : « La démocratie est un mode de vie, que l'on peut acquérir graduellement. La Constitution n'est pas à apprendre par cœur; elle est un symbole, et le point essentiel est s'il y a une base pour ce symbole dans la vie populaire. »

Et qu'est-ce qu'il y a de si particulier à la démocratie scandinave?
D'abord nous parlons des démocraties très anciennes. En plus ils appartiennent à l'église évangélique-luthérienne. C'est inscrit dans la Constitution danoise. Ainsi, la reine est la chef d'église au Danemark. D'être protestant, d'être élevé dans la foi  protestante signifie, que l'on apprend, que le travail précède le plaisir, que l'on paie à chacun son dû, que l'on arrive à l'heure et respecte un accord.
Pour beaucoup de ceux, qui arrivent dans ce pays, il est difficile à s'habituer au fait que le travail précède par exemple l'hospitalité. 
Au Danemark il y a une grande égalité entre les citoyens. Nous n'avons ni de vraiment riches ni de vraiment pauvres - la fiscalité prend soin de cela! Nous avons la plus grande pression fiscale au monde. Ceci était le choix des Danois, mais pour conserver cette égalité, il est nécessaire que les citoyens se solidarisent. Et cela signifie que tous entre 20 et 65 ans travaillent et payent leurs taxes.
Il se trouve, que cette égalité peut être très bouleversante, si on arrive d'un pays avec une grande inégalité. Cela se présente, parmi d'autres, au marché de l'emploi, où il peut être difficile à voir qui est le chef. Même si le chef s'habille de la même façon que les travailleurs, se promène entre eux et tout le monde se tutoie, c'est lui qui dirige et qu'on doit respecter!

Propositions des positions de problèmes

• Qu'est-ce que vous avez dû abandonner de votre base culturelle pour pouvoir vivre au Danemark?
• Où avez-vous rencontré la démocratie dans votre vie de tous les jours?
• Quels problèmes avez-vous à la rencontre avec la démocratie danoise?
• Les Danois ethniques, où sentent-ils les plus grands problèmes à la rencontre avec d'autres cultures ?

 
Introduction à un cercle d'études sur le Danemark d'associations

Folkevirke est une association qui existe depuis 1944. L'association a été fondée comme un mouvement avec le but de faire les femmes danoises prendre un part plus actif de la vie publique - cela veut dire participer à la politique et le débat public. La fondatrice de Folkevirke était Bodil Koch, qui plus tard devenait ministre social-démocrate des Affaires religieuses et des Affaires culturelles. Même si le but de Folkevirke soit réalisé, des femmes danoises par centaines dans tout le pays prennent part au travail de Folkevirke. Folkevirke travaille entre les partis politiques et s'occupe de l'instruction politique, sociale et culturelle. La caractéristique de Folkevirke est la porte ouverte - tous sont les bienvenus !

En participant au travail d'associations, on atteint d'être part d'une communauté. Ici on s'assemble sur quelque chose de commun. Au Danemark il y a environ 300.000 associations, et deux sur trois Danois sont membres d'une ou de plusieurs associations. Au Danemark, chacun a le droit de fonder une association. Le travail à l'association est bâti sur les travailleurs volontaires et conséquemment est non rétribué. De l'autre part, le travail volontaire dans une association se présente bien sur le C.V.!
Au Danemark le travail volontaire est normal et les pays scandinaves sont bien avancés au regard de participation au travail volontaire.
Voyez plus sur la vie d'association danoise et des associations sur www.denstoredanske.dk sous foreninger.
Dans beaucoup de municipalités au Danemark on a engagé un Guide-Association. (ForeningsGuide). Comme départ du cercle d'études, le groupe pourrait inviter un Guide-Association local pour faire une introduction. Regardez sur l'internet si votre municipalité offre un Guide-Association.

Propositions des positions de problèmes

• Comment est-ce qu'on fonde une association?
• Qu'est-ce que c'est que le travail volontaire?
• Comment peut-on prendre part au travail volontaire?
• Est-ce que la participation au travail volontaire a une importance pour les possibilités au marché de l'emploi ?
Introduction à un cercle d'études sur la santé

Comme base d'un cercle d'études au sujet de santé, nous référons à la revue culturelle de Folkevirke, « Folkevirke » numéro 1 de 2010. Ici suit un article écrit par l'infirmière Regitze Jensen. La revue entière est pourtant intéressante au rapport à une discussion sur le service de l'hygiène publique au Danemark, vu des yeux d'un immigrant.

Quand le temps arrive ou passe
Il y a un domaine où s'imposent les différences culturelles, et c'est la conception du temps.
Le temps est important au Danemark.
On dit que « Le temps, c'est de l'argent », « Le temps passe » ou « Le temps coule », dépendant si on est pressé ou non, - et très souvent on entend la remarque : « Je n'ai pas le temps ».
Fondamentalement, les Danois conçoivent le temps comme quelque chose de précieux, quelque chose qui va disparaître, et pour cela on doit bien profiter du temps.
Dans d'autres cultures, on conçoit le temps comme quelque chose d'infini - il y a une abondance de temps - et le temps est quelque chose, qui arrive tout le temps. Dans ces cultures, la population pense, qu'ils ne peuvent pas utiliser au fond le temps, parce que du « temps nouveau » arrive tout le temps.
Pour la plupart des Danois, le temps est quelque chose qui passe ou coule, surtout si on est pressé. Mais c'est une conception soumise aux conditions culturelles. Dans beaucoup de cultures, le temps est quelque chose qui arrive. Tout le temps il arrive du nouveau temps - et il y'en a infiniment.
C'est une différence qui est très importante pour la manière dont on donne priorité à son temps - et ainsi aussi si on le prend tellement au sérieux, que l'on arrive en retard à un rendez-vous.
Au Danemark il est de première importance, que l'on ne fait pas perdre le temps aux autres, alors on arrive à l'heure convenue. Il m'est arrivé une fois d'avoir un rendez-vous avec une collaboratrice danoise par naturalisation, qui était d'origine du Moyen-Orient.
Elle n'est pas arrivée à l'heure convenue - ni pendant les heures suivantes. Mais, à ma grande surprise, elle est apparue le jour suivant - à l'heure convenue.
Quand je signalais, qu'elle était en retard, elle a dit oui, elle le savait bien, mais maintenant elle était là, et tout était en ordre. J'ai répondu non, parce ce que je l'avait attendue le jour avant et trouvais, qu'elle m'avait fait perdre mon temps.
La collaboratrice a expliqué, qu'elle avait rencontré sa belle-sœur, qui avait besoin de l'aide pratique, puisque son mari avait été hospitalisé. Dans les yeux de la collaboratrice, cette tâche ne pouvait pas attendre et c'était pourquoi elle avait laissé tomber le rendez-vous avec moi.
Mais puisque du nouveau temps arrive tout le temps, ce n'était pas un problème, dans les yeux de la collaboratrice.
Pour moi, l'expérience était un ouvre-l'œil, et dans ma vie privée je réfléchis souvent, si le temps arrive ou passe - et réagis aussi autrement. Dans ma vie professionnelle je n'ai aucun doute, que les rendez-vous doivent être respectés - et qu'il faut le signaler si, par hasard, on est en retard. 

Propositions des positions de problèmes

• En Afrique et en Asie, un traitement est un accord entre le médecin et la famille. Comment est-ce au Danemark ?
• Qu'est-ce que signifie le secret professionnel à la relation entre le client et le médecin ?
• Comment fonctionne le service d'hygiène publique danois, vu des yeux d'un immigrant?
• Qu'est-ce qu'il y a de particulier à la démocratie scandinave et le temps?
     (Voyez aussi sous la Démocratie scandinave).
 

Introduction à un cercle d'études sur l'École primaire

 

Au Danemark, l'École primaire est un enseignement élémentaire et obligatoire avec une durée de dix ans.
Regardez www.retsinformation.dk sous Folkeskoleloven (La loi de l'école primaire).

Le préambule de l'École primaire (Le paragraphe des statuts définissant le but de l'École primaire)
De la loi de codification numéro 1195 du 30 novembre 2006:
De § 1. L'École primaire doit, en collaboration avec les parents, donner aux élèves des connaissances et des habilités, qui leur préparent aux études supérieures et leur donnent envie d'apprendre plus, leur font bien connaître la culture et histoire danoises, leur donnent la compréhension pour d'autres pays et cultures, contribuent á leur compréhension du jeu conjugué entre l'homme et la nature et encouragent le développement universel de chaque élève.
Par 2. L'École primaire doit développer des méthodes de travail et créer des cadres d'évènements, d'absorption et d'énergie, pour que les élèves développent leur connaissances et imagination et gagnent confidence à leurs propres possibilités et la base de former une opinion et d'agir.
Par 3. L'École primaire doit préparer les élèves à la participation, la coresponsabilité, les droits et les obligations dans une société avec liberté et démocratie. C'est pourquoi l'activité de l'école doit porter l'empreinte de liberté d'esprit, égalité et démocratie.
§ 2. L'École primaire est une tache municipale. C'est la responsabilité du conseil municipal, que tous les enfants de la municipalité soient procurés d'enseignement libre à l'école primaire. C'est le conseil municipal, qui cf. § 40 et § 40a arrête les buts et les cadres de l'activité des écoles au-dedans de cette loi.
Par 2. Au-dedans des cadres fixés, chaque école a la responsabilité de la qualité de l'enseignement selon le but de l'École primaire, cf. §1, et décide elle-même sur l'organisation et l'arrangement de l'enseignement.
Par 3. Les élèves et les parents collaborent avec l'école pour réaliser le but de l'École primaire.

 
Propositions des positions de problèmes:
• Quel est le rôle des parents à l'École primaire?
•  Est-ce que le préambule (paragraphe des statuts) de l'École primaire prend en considération une société multiculturelle moderne?
• Qu'est-ce que vous faites pour faire de vous et de vos enfants de bons démocrates ?
• L'école, a-t-elle une coresponsabilité d'instruire les élèves à devenir de bons démocrates?
 

Introduction à un cercle d'études sur l'éducation des enfants et les structures de famille

 

On parle de deux différentes structures de famille:
• La famille de convention
• La famille traditionnelle

La famille de convention
Dans la famille moderne, les deux parents sont généralement attachés au marché du travail, et les enfants sont gardés hors de la maison dans une garderie publique. Les enfants adolescents vont au club ou prennent soin d'eux-mêmes. C'est pourquoi la famille moderne doit s'organiser et convenir de leur vie commune - devenir une famille de convention - et de cette façon assurer, que chacun sait ce que font les autres. Les membres de la famille se chargent en commun de remplir les tâches, quand il est nécessaire, et de maintenir le soin nécessaire et l'appui mutuel. Ainsi il n'est pas une catastrophe, si papa ou maman ne soit pas présent quelques jours.
Chacun dans la famille peut remplir les tâches et la famille fonctionne!
Les enfants apprennent assez tôt d'être indépendants - comme petits surveillés par les parents, mais peu à peu ils obtiennent de plus en plus la liberté.

La famille traditionnelle
Ce genre de famille est aussi appelé la famille patriarcale. Ici le père est la liaison de la famille à la société environnante, parce qu'il travaille. La mère prend soin de la maison, s'occupe de la vie sociale de la famille et élève les enfants. Les fils sont élevés à être comme leurs pères et les filles comme leurs mères. Dans ce modèle de famille, on ne peut se passer de personne, puisque chacun a son rôle.
Ce genre de famille se débrouille mal dans une société occidentale moderne. Si le père ne travaille pas, il est un mauvais modèle d'identification pour le fils. Les filles auront de moins en moins de liberté à mesure qu'elles s'approchent l'âge de se marier. Si un des parents est absent de la famille, il n'y a personne pour prendre charge des tâches, qui ne sont pas remplies.

Dans beaucoup de familles de réfugiés et d'immigrants, on vit selon le modèle de famille traditionnel. Très souvent cela pose des problèmes, quand les enfants de la famille rencontrent des copains à l'école, qui sont plus indépendants et qui ont plus de liberté.
Lisez plus sur les enfants danois, l'éducation des enfants et le rôle des grands-parents à la vie des petits-enfants à Folkevirke numéro 3/2001.

Propositions des positions de problèmes:

• Comment élève-t-on  les enfants à l'indépendance?
•  Comment est-ce qu'on apprend aux enfants la liberté avec responsabilité ?
• Pourquoi est-il important qu'aussi bien le père que la mère prenne part aux rencontres parents-professeurs aux jardins d'enfants et aux écoles ?
• Qui est-ce-qui a le devoir d'établir des limites aux enfants?

Medlem af Dansk Folkeoplysnings Samråd